• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 28 juin 2010

Archive pour 28 juin 2010

L’enchantement Pascale Marthine Tayou

Lundi 28 juin 2010

836081270117676kidsmascarade2jpg559x420p.jpg
© Pascale Marthine Tayou

On l’avait repéré lors des deux dernières Biennales de Venise, l’équipe de la Gare Saint-Sauveur lui a donné à Lille un terrain de jeu favorable à l’expression de son beau talent. Le plasticien camerounais Pascale Marthine Tayou compose de mille fils tissés les uns aux autres, un monde africain, concret mais rêveur, puissant d’évocation, de songes et de peurs terribles. De bric, de broc, en rafistolage et récupérations, tout un monde apparaît, disparaît, à mesure qu’on se familiarise à cette forêt de carcasses de voitures, de sacs plastiques ou de boîtes alimentaires : « la chanson sourde d’une histoire d’amour entre hommes dans le grand lit d’une aventure imaginaire à inventer in livre et in situ ». Croyez-le, le nom du monde de Pascale Marthine Tayou est magie !

Traffic jam, une exposition de Pasacle Marthine Tayou, Gare Saint-Sauveur (compte-rendu)

Les ballades extravagantes de Monsieur Fau

Lundi 28 juin 2010

maisondepoupeemichelfau342.jpg
Michel Fau © Marcel-Hartmann/Contour-by-Getty-Images

Mes jambes, si vous saviez, quelle fumée ! Michel Fau, l’extravagant comparse d’Olivier Py, l’interprètes de toutes ses fantaisies mystiques, était pour quelles dates sur la scène du Théâtre du Rond-Point pour un tour de chant, modeste et sublime. Une revue qualifiée par lui d »‘impardonnable, pathétique et dégradante ». Si, à l’automne, par hasard, le spectacle court les routes de France, ne vous fiez pas à cette publicité mensongère et précipitez-vous. Vous ne serez pas déçu par les improbables numéros menés tambour battant par Michel Fau et ses acolytes Joël Lancelot et Delphine Beaulieu. Michel Fau aime le music-hall et lui rend hommage avec une férocité des plus beaux diables, reprenant aussi bien Piaf, Gainsbourg que Loana ou Carla Bruni en une succession de saynètes drôlissimes. On rit, on s’amuse, l’émotion n’est jamais très loin. Une vraie réussite.

L’improbable revue pathétique et dégradante de Monsieur Fau (compte-rendu).