Vie privée au Théâtre Antoine (no trespassing)

61383viepriveeune.jpg
Anne Brochet et Julien Boisselier © Théâtre Antoine

Ah que l’on s’est bien fait avoir ! La belle affiche : Anne Brochet et les garçons, Julien Boisselier au premier rang, François Vincentelli aussi. La belle pièce : l’adaptation pour la scène du film « Philadelphia story » de Cukor (1940). On est les premiers aux premières ! De l’élégance du film, il ne reste qu’un décor hollywoodien. On passe du noir et blanc au beige, sans pourtant y gagner au change. Le rideau se lève sur trois cruches qui s’essaient à la comédie à l’américaine. Elles n’ont aucun allant, sont raides comme des piquets, d’une mollesse coupable pour une comédie du « remariage » qui se voudrait endiablée. La pauvre Anne Brochet tient le pompom. Elle récite son texte avec une emphase aristocratique ridicule. Pas de quoi réveiller le fantôme de Katharine Hepburn ! Les garçons arrivent et avec eux, l’intrigue et le naufrage. Ces messieurs se prennent pour Cary Grant et James Stewart, avec des poses affectées qu’on ne saurait décrire sans être cruel. Y a plus qu’à tirer l’échelle, et prendre la poudre d’escampette, l’entracte sonné…

Vie privée, adaptation et mise en scène Pierre Laville, Théâtre Antoine.

2 Réponses à “Vie privée au Théâtre Antoine (no trespassing)”

  1. KarineP. dit :

    Bigre ! Digne de Guibert.

  2. jack-olivier dit :

    Mince. Anne Brochet est une comédienne que je suis. Par ailleurs ces livres sont trés honnêtes. J’aime beaucoup Julien Boisselier, son charme, son élégance, ses interprétations de personnages torturés. Il me fait penser à Maurice Ronet.

    Comme vous j’étais trés alléché par l’affiche mais j’attendais des critiques et j’avoue que la vôtre est une douche froide….

Laisser un commentaire