• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 2 octobre 2009

Archive pour 2 octobre 2009

M’as-tu vu ? Episode 43

Vendredi 2 octobre 2009

tumblrkqjo4pg0ut1qz5stvo1500.jpg
© White House Photo.

Les Obama et Zapatero avec des membres de la famille Adams ? Non, juste les filles du couple Zapatero en pleine adolescence. En total look gothique, la belle affaire ! Une erreur du service de presse de la Maison blanche et les voici en une du quotidien de droite « El Mundo », malgré la demande de leur père aux médias de ne pas diffuser ces images. Le gouvernement Zapatero connaît actuellement des difficultés, les médias d’opposition en profitent et se scandalisent de la tenue « inappropriée » des adolescentes, âgées de 13 et 16 ans, pour rencontrer les Obama. On peut penser le contraire et voir dans cette image la bonne santé de la jeunesse espagnole, héritière d’une lointaine movida madrilène. Pourvu qu’elles soient libres, créatives, curieuses et heureuses pour ce merveilleux pied de nez aux conservateurs de tout poil ! On attend avec impatience la réponse de Malia et Sasha, les filles Obama, qui, elles aussi, peuvent désormais prétendre à pareille liberté !

Vie privée au Théâtre Antoine (no trespassing)

Vendredi 2 octobre 2009

61383viepriveeune.jpg
Anne Brochet et Julien Boisselier © Théâtre Antoine

Ah que l’on s’est bien fait avoir ! La belle affiche : Anne Brochet et les garçons, Julien Boisselier au premier rang, François Vincentelli aussi. La belle pièce : l’adaptation pour la scène du film « Philadelphia story » de Cukor (1940). On est les premiers aux premières ! De l’élégance du film, il ne reste qu’un décor hollywoodien. On passe du noir et blanc au beige, sans pourtant y gagner au change. Le rideau se lève sur trois cruches qui s’essaient à la comédie à l’américaine. Elles n’ont aucun allant, sont raides comme des piquets, d’une mollesse coupable pour une comédie du « remariage » qui se voudrait endiablée. La pauvre Anne Brochet tient le pompom. Elle récite son texte avec une emphase aristocratique ridicule. Pas de quoi réveiller le fantôme de Katharine Hepburn ! Les garçons arrivent et avec eux, l’intrigue et le naufrage. Ces messieurs se prennent pour Cary Grant et James Stewart, avec des poses affectées qu’on ne saurait décrire sans être cruel. Y a plus qu’à tirer l’échelle, et prendre la poudre d’escampette, l’entracte sonné…

Vie privée, adaptation et mise en scène Pierre Laville, Théâtre Antoine.