L’Européenne : illusions comiques

resizemefilenamecopiedeeuroplescot158jpg.jpeg
L’Européenne © DR – Théâtre de la Ville.

Après l’émouvante « Commission centrale de l’enfance », on pensait assister à la naissance d’un auteur, David Lescot. Las, rien ne s’est passé comme imaginé et le spectacle proposé par l’auteur et metteur en scène au Théâtre des Abbesses en plus de la reprise de la « Commission » n’est pas à la hauteur nos espoirs. Commencée tambour battant sur une hilarante affaire de traduction, la pièce perd vite toute sa substance pour finir en une immense gesticulation. Il est, ensuite, question des arcanes de l’institution européenne vu par ses multiples interprètes, puis d’un hypothétique nouvel hymne pour la commission européenne en remplacement de la célébrissime « Ode à la Joie » de Beethoven. Les comédiens et musiciens s’agitent sans pouvoir donner corps à ces sujets et s’appuyer sur un texte digne d’intérêt. Ils ne sont pourtant pas mauvais, jeunes, généreux et pleins d’allant. Mais, sans texte, que faire si ce n’est tourner en rond jusqu’à ce final malheureux en forme de comédie musicale navrante ? Rien de convaincant, des bavardages, des images sans fondement… On oublie.

L’européenne, ms David Lescot, Théâtre de la Ville – Les Abbesses, jusqu’au 3 octobre 09.

Laisser un commentaire