Mathieu Pigasse : un banquier inrockuptible

709288.jpg
Mathieu Pigasse © DR

Mathieu Pigasse… Voici donc le visage du nouveau capitalisme socialiste et néanmoins libéral qui ose s’afficher et défendre ses couleurs. Homme d’élégance et sans doute de talent, associé-gérant de la très sérieuse banque Lazard, membre des Gracques, ancien des cabinets Fabius et DSK, compagnon de route de la dernière campagne de Ségolène Royal (et, à la ville, de Marie Drucker) prend sa part du fardeau – du sacerdoce, j’allais dire – et s’en va évangéliser une jeunesse nouvelle, dont on ne sait plus si elle est ou non dépolitisée, par le biais d’un hebdomadaire d’encre et de papier « Les Inrockuptibles » pour bien le nommer (35 000 exemplaires par beau temps), patrie d’un certain snobisme « upper middle-class » à la française. Une jolie bande d’ »only ones », heureuse quand elle parle culture et nouvelles tendances, malheureuse dès qu’elle s’essaie sur le terrain des idées (un rocardisme tendance molle, par le seul et insuffisant refus de la tradition de la gauche mitterrandienne, suivi d’un grand sursaut social pour développer un tout petit gauchisme sans racines) et… de sexe (chaque été, la trêve estivale donne droit à un numéro absolument débandant sur les nouvelles frontières du sexe en guise de numéro double d’été).
A Mathieu Pigasse, tout juste 41 ans, prenant le contrôle de 80 % du capital de la maison qui, au fil des années, avait perdu quelques-unes de ses grandes figures (Samuel Blumenfeld, Sylvain Bourmeau, Arnaud Viviant), de relever ce beau défi et d’injecter un sang qu’on voudrait neuf aux côtés du fondateur Christian Fevret et de Bernard Zekri, transfuge d’I-télé : « La culture sera toujours au cœur mais seront également abordées les questions de société, la politique, l’environnement, les sciences, les idées… » On a envie d’y croire, on a envie d’en être – de cette génération nouvelle à brasser des idées plus larges que le seul univers culturel, plus ouverte à la culture des grands centres urbains européens (passant d’un easy jet de Stockholm à Berlin, repassant par Londres, Madrid, Paris et Bruxelles sans ne jamais oublier Copenhague, Milan ou Varsovie). A vouloir inventer et ne plus reproduire à l’infini pour la presse les vieux schémas d’un cynisme culturel, social et politique qui ne trouve plus de lecteurs. Une affaire à suivre : une nouvelle formule est annoncée pour 2010.

3 Réponses à “Mathieu Pigasse : un banquier inrockuptible”

  1. manon dit :

    bravo pour cette initiative, les inrocks méritent d’être sauvés, et un deuxième bravo, parce que le sauvetage venant d’un banquier qui y met son propre fric, c’ets du jamais vu en France !

  2. BENAISSA NAIMA dit :

    Tout à fait d’accord avec le message précédent.J’ai déjà écouté il y a quelques années sur LCP M Pigasse sur la crise qui débutait; c’est un homme droit, sérieux qui a des convictions et les défend.J’aime son regard attentif et soucieux de convaincre, c’est un homme de bien et cela se voit, qu’il continue à se montrer dans les média,et qu’il résiste au discours ambiant et vulgaire »riche donc pas crédible pour la gauche »

  3. Celina dit :

    Hі everybody, here every ρerson is ѕharing these ехperiencе, therefοre іt’s pleasant to read this webpage, and I used to go to see this web site everyday.

    My web blog – Celina

Laisser un commentaire