Madonna : les chevaux de retour

algmichaelmadonna.jpg
Michael Jackson et Madonna à la cérémonie des Oscars en 1991 © DR

Elle est donc désormais seule, le pauvre Michaël Jackson disparu dans un nuage narcoleptique. Elle fut la première à réagir à la mort du roi. La reine était « dévastée » et, dans un communiqué de cinq lignes, n’arrêtait pas de pleurer. La scène de son spectacle peut bien s’effondrer à Marseille, c’est elle qui règne et cela depuis des années. Madonna : pas la meilleure chanteuse du monde, pas la meilleure danseuse, la comédienne, n’en parlons pas. 1980, 1990, 2000, demain 2010 : une quatrième décennie s’ouvrira sur un nouveau disque, un nouveau look, une nouvelle collaboration avec la crème des musiciens internationaux. Encore, des concerts surtaxés, à guichets fermés. 2020 : une tournée d’adieux pour ne se consacrer qu’à la philanthropie, le mot « compassion » au bord des lèvres ? Debbie Harry, Cyndi Lauper, Prince, et tant d’autres… Y-avait-il compétition d’ailleurs ? Non, la « material girl », la starlette MTV en bretelles de soutien-gorge, devenue icône mondiale avait vu juste dès le départ. Durer et se réinventer sans cesse, comme un calendrier perpétuel. Elle tient toujours la rampe, celle de la durée – nous n’avons pas parlé de postérité -, corps d’athlète, mental de sportif de haut niveau, chirurgie esthétique comprise, famille en ribambelle de couleurs comme la revanche de la girl next door. Un rêve américain ?

Laisser un commentaire