Les profils urbains de Denis Darzacq

newsddarzachyper.jpg
Hyper © Denis Darzacq

Comme un uppercut. Jusqu’à la semaine dernière, le Château d’Eau à Toulouse présentait plusieurs séries du photographe Denis Darzacq. La série « Chutes » (2006) dont j’ai déjà parlé ici, mais aussi des séries plus anciennes de foules urbaines (« Ensemble »), d’hommes et de femmes nus dans des paysages pavillonnaires, dans l’herbe verte des banlieues (« Nu », 2003). Et une nouvelle série « Hyper » (2007) où les personnages de « Chutes » semble avoir quitté le macadam de leur cité pour les rayons et néons d’un supermarché Casino. Même mouvement aérien, lévitation identique, temps arrêté sur des corps tendus par une déflagration imaginaire. L’univers a changé : il est tout coloré des produits de grande consommation, d’une lumière froide mais commune des hypermarchés. Les hommes et les femmes qui s’y perdent sont, une nouvelle fois, sous l’œil du photographe, intrigants et plus que séduisants…

Denis Darzacq, Le corps sculpture, Le Château d’Eau, Toulouse, jusqu’au 22 mars 09 (catalogue).

Une réponse à “Les profils urbains de Denis Darzacq”

  1. mutuelles dit :

    Ca me parait vraiment interessant, jvais chercher d’autres photos de Denis Darzacq. Merci pour le post!

Laisser un commentaire