Amadou et Mariam : cet amour-là

u1amadoumariam1.jpg
Amadou et Mariam © DR

Une petite femme, comme un astre noir, s’avance sur la scène du Bikini à Toulouse. Un homme en tee-shirt noir l’aide à s’installer, lui tente un micro. Un autre aide son compagnon de la même manière. Ils sont en tenue traditionnelle africaine, lui en boubou, elle dans un ensemble « 2 pièces » entre bleu, vert et touches de rose, couverte de bijoux or comme on en trouve sur les marchés de l’ouest africain. Boucles d’oreilles, pendentifs en presque forme de coquille Saint-Jacques et d’innombrables et longues bagues qui couvrent ses doigts. On les a attendus plus d’une heure, mais ils sont maintenant là, lunettes de soleil cerclées encore d’or pour elle, bleu pétrole pour lui. Amadou et Mariam sont sur les routes de France pour présenter leur nouveau album « Welcome to Mali ». La chanson ouvre le concert, mais se sent-on à Bamako ? Pas vraiment, les musiciens y vont à la truelle, le batteur bat comme un sourd, les percussions sont fades, les instruments traditionnels remplacés par un synthétiseur. Pour moins, on aurait déjà quitté la salle. Mais hypnotise la présence lunaire, astrale de Mariam. Maladroite et heureuse, innocente comme enfantine, elle accompagne son mari musicien, mieux qu’elle ne chante. Et cet amour-là sur scène émeut. Petite femme africaine, dame des dimanches de Bamako, elle est là près de lui, chante ses comptines pour leur seul amour et nous entraîne finalement avec elle : « Chéri, je te fais un gros bisou, je t’embrasse fort…. »

Amadou et Mariam, Welcome to Mali (CD). En tournée mondiale.

Laisser un commentaire