Harvey Milk, naissance d’une nation

19023219.jpg
James Franco et Sean Penn © Focus Pictures

Il est beau, le film de Gus van Sant. Il est engageant, l’Harvey Milk de Sean Penn. On salue l’oscar du meilleur acteur, plus encore celui du scénario de ce film-tract. Un film simple, avec, c’est vrai, des défauts mais de belles manières aussi. Comme cette façon proprement voluptueuse de filmer un baiser comme un éveil. Celui d’une brusque libération à toute aliénation politique, sociale, culturelle. Le new-yorkais Harvey Milk vient d’ouvrir le magasin de photographie qui deviendra bientôt célèbre et le QG de toutes ses campagnes électorales dans Castro, le quartier gay de San Francisco. Le temps d’installer un petit écriteau dans la vitrine, qu’assis sur la devanture, il embrasse Scott, son compagnon comme d’autres ont planté des drapeaux en terre inconnue. En quelques plans, tout est là pour le meilleur et bientôt le pire…

Harvey Milk, un film de Gus van Sant, avec James Franco, Sean Penn. En salles (2h05).

Laisser un commentaire