L’autre, cette femme occupée…

18974849.jpg
Dominique Blanc et Peter Bonke © Ad Vitam

Un film, habité, qui commence comme une hypnose. Des feux de voitures dans la nuit dessinent un ballet lumineux sur l’autoroute, et autant de vie qui défilent, d’anonymes en course. Au milieu d’eux, une folie cavale : celle d’Anne-Marie Meier. Elle a aimé un homme plus jeune qu’elle, beau jeune homme noir, à peine trentenaire, alors qu’on la soupçonne dans les affres de la cinquantaine. L’a-t-elle abandonné, est-ce lui qui est parti ? On ne le saura pas. Perdue, Anne-Marie Meier, elle, sombre dans la jalousie et la paranoïa. Ses amis la protègent mais ne peuvent rien. Elle quitte la réalité pour ses fantômes, pour ses angoisses. Après « Ceci est une pipe » et le stupéfiant « Dancing », le duo Trividic-Bernard signe un nouveau film d’art cinématographique et sonore. Ce film est une œuvre d’art plastique, sensuelle et démente. Tapis de musique diabolique, angoisse sévère de vidéo de surveillance, présence incandescente de Dominique Blanc au plus haut de sa folie d’actrice, une heure et demi passe dans cette étrangeté dont on émerge dans un drôle d’état…

L’autre, un film de Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard (1h37). En salles.

Laisser un commentaire