Edouard II : déchéance d’un roi amoureux

edouardii2.jpg
Vincent Dissez en Edouard II © Christian Berthelot

C’était la dernière au Théâtre Paris-Villette et rétrospectivement je suis ravi d’avoir pu apprécier le beau spectacle de Cédric Gourmelon « Edouard II », d’après le texte de Philip Marlowe. Une épopée théâtrale de près de trois heures qui vous emporte et ne vous lâche plus jusqu’à la mort du roi, perdu par l’amour des garçons. Son sous-titre vaut argument : « Le règne troublé et la mort pitoyable d’Edouard II, roi d’Angleterre, et la chute tragique de l’orgueilleux Mortimer ». Au départ, la mise en scène étonne : des costumes naviguant pas toujours astucieusement de l’ancien au contemporain, un plateau quasiment nu. Peu à peu, ce choix radical suscite l’adhésion tant les acteurs sont de haut niveau. Cédric Gourmelon se défend : « Avec les acteurs, nous avons choisi d’accompagner le texte au présent. Privilégiant la simplicité de la mise en scène et l’évidence du plateau nu ». Et il a raison : le conte cruel et baroque de Marlowe, traduit par André Markowicz, tend alors à l’universel, passant d’une anecdotique pièce sur l’homosexualité d’un roi à un texte d’amour et de passion, sombre et tragique. Au centre de ce tumulte, des hommes s’aiment et se battent, pleurent et disparaissent, des femmes les entraînent, les trahissent du même amour. Trois heures d’une beauté rare, d’une poésie d’acteurs – citons Vincent Dissez, Guillaume Cantillon, Nathalie Elain, Loïc Le Roux, Bruno Pesenti, Julien Storini – au diapason de ce terrible récit…

Edouard II, ms Cédric Gourmelon. Une création dans le cadre du festival « Mettre en scène » de Rennes (Théâtre national de Bretagne).

2 Réponses à “Edouard II : déchéance d’un roi amoureux”

  1. Sandrine dit :

    Travail interessant avec une direction excellente et costumes remarquables. Mais avant tout Ton site est mon favorite. Bravo

  2. steed dit :

    je l’ai vu avec un ami, belle performance !

Laisser un commentaire