• Accueil
  • > Theatre
  • > Music hall : Fanny Ardant n’est pas « la Fille »

Music hall : Fanny Ardant n’est pas « la Fille »

fannyardantreference.jpg
Fanny Ardant © DR

Lambert Wilson la voulait. Il l’a eue et pourtant Fanny Ardant ne sera jamais « la Fille ». Celle, tragique, vulgaire et désabusée de la pièce de Jean-Luc Lagarce qu’il met en scène au Théâtre des Bouffes du Nord que le vaniteux Peter Brook a préféré céder à deux entrepreneurs de spectacles plutôt qu’au prometteur Joël Pommerat.
Le comédien-chanteur, désormais metteur en scène, le dit dans toutes les interviews : monter cette pièce avec Fanny Ardant dans le décor pompéien des Bouffes du nord était proprement « casse-gueule ». Et c’est finalement ce qui arrive, à jouer les boulevardières, les femmes déchues d’un théâtre misérable de salle des fêtes, Fanny Ardant trébuche et ne tient pas la rampe. « La Fille », non, ce n’est pas elle, elle n’y arrive pas. Elle, c’est définitivement Fanny Ardant qui débite du Lagarce comme elle livrerait, nature, quelques fulgurances de Duras. Et les mots résistent et rien ne va : ni ses deux acolytes en faire-valoir qui n’y peuvent pas grand chose, encore moins ce décor de planches faussement crasseux que Fanny Ardant n’arrive pas à arpenter, ni cette musique légère, la chanson de Joséphine Baker, qui ne sort jamais juste de sa bouche… Vers la fin, Ardant jette sa perruque blonde, elle parle encore, les yeux au bord des larmes. Qui arriverait à cet instant, se croirait dans la « Maladie de la mort »… En sortant, on repense à Hervé Pierre, oui, Hervé Pierre, dans le rôle de « la Fille ». Epoustouflant, superbe – lui ne craignait pas le ridicule, et jouait, jouait, encore jouait avec un plaisir rare et engageant. J’aurai peut-être dû rester sur cette belle impression.

Music-hall, de Jean-Luc Lagarce, ms Lambert Wilson, Théâtres des Bouffes du nord, jusqu’au 12 février 2009.

Une réponse à “Music hall : Fanny Ardant n’est pas « la Fille »”

  1. forum de casinos dit :

    Non, Fanny Ardant elle déjà devenue en elle-même un personnage. Le type de rôles qu’elle peut jouer ne sont pas que des versions de soi-même. La Fanny séductrice, la Fanny en rage, la Fanny force de la nature… Les fillettes, on les laisse avec les Ludivines et Emmanuelles.

Laisser un commentaire