• Accueil
  • > Archives pour septembre 2008

Archive pour septembre 2008

Martin Creed : la Tate à bout de souffle

Jeudi 4 septembre 2008

« In Palermo we went to see the catacombs of the Capuchin monks. We were very late and only had five minutes to see it all before closing time. To do it we had to run. I remember running at top speed with my friends through the catacombs looking desperately left and right at all of the dead people hanging on the walls in their best clothes, trying our best to see it all… it was a good way to see it. It was that kind of delirious running which makes you laugh uncontrollably when you’re doing it. I think it’s good to see museums at high speed. It leaves time for other things. » Martin Creed

Quel drôle de lascar, ce Martin Creed ! Découvert lors d’une des biennales de Lyon, je le retrouve à Londres dans un exercice déroutant, une performance commandée par la vénérable Tate Britain. Dans le hall de l’institution, une longue ligne droite, trois coureurs se relaient toutes les trente secondes pour parcourir la distance en courant. Au milieu des visiteurs, manifestement intrigués… A la manière des acteurs de Jean-Luc Godard visitant le Louvre au pas de course dans le film « Bande à part » (9 mn 43, montre en main pour la course la plus folle dans les galeries de peinture), Martin Creed médite sur l’accélération de nos mouvements et sur ce qu’il reste encore de temps disponible pour une éventuelle contemplation. Les avis sont partagés : certains crient au génie goguenard, d’autres hurlent au scandale et à l’imposture ! Moi je me balance…

Work No. 850, Martin Creed, Tate Britain, jusqu’au 16 novembre.

Cy Twombly, la poésie du dessin

Mercredi 3 septembre 2008

cytwomblycrossing.jpg
© Cy Twombly

C’est une balade de fantaisie, un paysage poétique qui varie d’influences italiennes en saisons méditerranéennes, bercées de mythologies, de nature, d’eau et parfois de la violence sourde des couleurs. Rouge, verte, pastel, à disparaître dans les griffures du peintre sur ses toiles grand format. La Tate Modern de Londres propose une grande rétrospective de l’artiste américain Cy Twombly (né en 1948) : une occasion rare de découvrir une oeuvre minimale, déroutante, qui décennie après décennie, gagne en fulgurance…

Cy Twombly, Tate Modern, Londres, jusqu’au 14 septembre 2008.

Comme les autres : le film pour enfant

Mercredi 3 septembre 2008

18965775.jpg
© Mars Distribution

Ils filent le parfait amour… Enfin, presque : Emmanuel (Lambert Wilson) veut un enfant et pas Philippe (Pascal Elbé). Pourtant, Emmanuel décide un jour de franchir le pas avec une jeune immigrée d’Argentine, au prix de perdre Philippe. Mais comment avoir un enfant quand on est un couple de garçons ? Non, ce n’est pas une soirée « Dossiers de l’écran », mais un brin de film sympathique de Vincent Garenq qui ne vaut que pour la tentative d’avancée « sociétale » dont il témoigne. Une comédie tragi-comique, qui finit dans un grand cœur avec des acteurs ravis de se donner la réplique. On salue Lambert Wilson, tout heureux de s’inventer un personnage de comédie américaine, Pascal Elbé prêt pour le drame et une Anne Brochet, de retour dans un rôle ingrat qu’elle transcende avec talent. Rien de plus, rien de moins : un film estimable.

Comme les autres, un film de Vincent Garenq avec Lambert Wilson, Pilar Lopez de Alaya, Pascal Elbé, Anne Brochet. En salles (1h35).

La real-politik du ministre Bernard Kouchner

Mercredi 3 septembre 2008

329582.jpg
© DR

Lu ce soir dans « Le Monde » :

« Depuis plusieurs semaines, la correspondante diplomatique du Monde, Natalie Nougayrède, fait l’objet de mesures de boycottage de la part du cabinet du ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner.
Le point le plus marquant a été atteint, vendredi 29 août, lorsque Natalie Nougayrède a été expulsée, sur décision du cabinet du ministre, d’une réunion organisée par le Quai d’Orsay au Centre international Kléber, où se tenait la conférence annuelle des ambassadeurs. Notre journaliste avait été autorisée par le bureau du secrétaire général de la conférence des ambassadeurs à assister à un débat consacré à la politique énergétique de l’Europe. Tandis qu’elle attendait son badge d’accès, document qui devait lui être remis dans le quart d’heure, Natalie Nougayrède a été escortée vers la sortie de la salle par deux policiers qui agissaient, selon un fonctionnaire, « à la demande du cabinet du ministre ». La réunion, qui se tenait en principe à huis clos, avait été ouverte à certains journalistes. Natalie Nougayrède a, plus tard dans la journée, assisté à la conférence de presse de M. Kouchner au Centre Kléber.
Cette interdiction fait suite à l’annulation, au mois d’août, d’une interview de Bernard Kouchner par Le Monde sur le conflit en Géorgie et les événements en Afghanistan. Quelques heures avant le rendez-vous, le cabinet du ministre avait exigé que Natalie Nougayrède ne fasse pas partie de l’équipe de journalistes recueillant l’entretien – condition que Le Monde a refusée.
Depuis deux mois environ, notre journaliste a cessé de recevoir les correspondances du Quai d’Orsay, dossiers de presse et invitations, transmises, selon les usages, aux journalistes suivant les questions diplomatiques.
Ces mesures sont sans précédent dans l’histoire du journal. Elles font suite à des interventions informelles, ces derniers mois, suggérant au Monde de changer de journaliste diplomatique.
En un an, Le Monde n’a jamais reçu de demande de droit de réponse, de rectificatif ou mise au point de la part du ministère à la suite d’un article concernant la diplomatie française.
Et si la porte du Centre Kléber a été fermée à notre correspondante, celle des colonnes du journal est restée largement ouverte au ministre. Depuis qu’il est à la tête du Quai d’Orsay, Bernard Kouchner a publié pas moins de dix points de vue dans la section « Débats » du Monde – record inégalé pour un membre du gouvernement de François Fillon -, tandis que le journal recueillait, sous forme de questions-réponses, deux entretiens avec le ministre.
(Le Monde, qui a toujours entretenu des relations cordiales avec Bernard Kouchner, ne peut que déplorer le traitement réservé à Natalie Nougayrède. Eric Fottorino et Alain Frachon). »

Lire la réponse du Ministère des affaires étrangères suite à cet article du « Monde ».

1234