Perthus : les folles en cage

perth2.jpg
Perthus © Kim Mariani

Quel naufrage pour commencer cette nouvelle saison théâtrale ! On se réjouissait de retrouver Jean-Marie Besset dans une pièce nouvelle, mais si nous avions tordu le nez à ses dernières pièces après le subtil « Commentaire d’amour » qui nous faisait découvrir Laurent Lucas au théâtre ! Mais, c’était autrefois, aujourd’hui, Besset, tout auréolé de son image de rare auteur français capable de monter son théâtre à Broadway et partout dans le monde, offre des spectacles de moindre qualité, faussement politiquement incorrect – celui-ci frappé d’une indigne misogynie. Une histoire éculée d’amitiés particulières qui ne trouve aucune issue, engoncée par de jeunes comédiens en pleine caricature et leurs mères jouées par des hommes. On rit peu à cette comédie qui se voudrait féroce, les situations sont attendues, le final bâclé.

Perthus, de Jean-Marie Besset, ms Gilbert Désveaux, Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 26 octobre 2008.

Une réponse à “Perthus : les folles en cage”

  1. miguel dit :

    Et vous, vous êtes le naufrage de la critique… Heureusement vous n’êtes qu’un blog de plus parmi d’autres…
    Continuez de faire de l’évènementiel, et le théâtre ira, sans vous…

Laisser un commentaire