• Accueil
  • > Art
  • > Van Dongen à Monaco : le temps retrouvé

Van Dongen à Monaco : le temps retrouvé

p197821.jpg
La femme au canapé, 1930 © Succession Kees Van Dongen / SODRAC (2008)

 » Elle était tempéramentale… Un jour, Van Dongen la peignit. Et dans sa gaine, fou d’elle, il l’étreignit. C’était au temps du cinéma muet plus proche de nous que celui de Bossuet. » Charles Trenet.

Plus de 200 toiles de Kess van Dongen, accrochées à Monaco pour une rétrospective de première main, conçue et coproduite par le Nouveau Musée National de Monaco et le Musée des beaux arts de Montréal, en partenariat avec le Musée Picasso de Barcelone, et sans conteste la plus importante manifestation consacrée à Kees Van Dongen depuis celle du Musée d’art moderne de la ville de Paris en 1990 !
Avec de tels arguments, on faisait le voyage à Monaco. Le néerlandais, installé en France dès 1897, figure du Tout-Paris, avait fait, lui, celui à Berlin et payait encore cet indiscutable fourvoiement. Illustrateur ravageur des élégances parisiennes pour les satiriques L’assiette au beurre, Le rire, L’indiscret, Van Dongen est rapidement repéré. Pour sa singularité, son refus de rejoindre un groupe et ses sujets : prostituées, artistes de cirque, gitanes. Tachiste, fauviste, influencé par ses voyages en Espagne, Egypte ou au Maroc, d’où il rapporte le meilleur de son art de femmes d’ocre et rouge charnu, sa carrière brillante s’épuise dans la mondanité des années « folles » entre Paris et Monaco. Il peint alors les grands de ce monde de Brigitte Bardot à Léopold II, roi des belges. L’exposition suit avec précision ce parcours, proposant des oeuvres exceptionnelles qui vous attirent, hypnotisent. Très vite, l’atmosphère Van Dongen vous saisit : la petite écuyère du cirque, un jeune arabe digne de Matisse, et encore tant de belles femmes, les yeux en amande, la bouche charbon magnifique.

Rétrospective Kess Van Dongen, Nouveau Musée National de Monaco, du 25 juin au 07 septembre 2008.

Catalogue aux Editions Hazan.

Laisser un commentaire