Malick Sidibé à chemises ouvertes

malicksidiberegardezmoi88673.jpg
Regardez-moi ! © Malick Sidibé

Une nouvelle réussite de la maison Steidl. « Chemises », le dernier recueil d’images de Malick Sidibé vaut absolument le détour pour sa mise en page d’un réalisme rare. Sur ses photographies classées dans des chemises pastel annotées de sa main, tout le Mali danse, se réunit pour fêter une promotion, une naissance. Et c’est la vie d’une belle jeunesse malienne qui défile sous nos yeux : Bamakoises élégantes patron grand couturier taillé dans des wax d’importation hollandaise, hommes respectables de Koulikoro en costume de ville s’encanaillant au son des yéyés locaux…
À la fin des années 50, dans un Mali nouvellement indépendant, Malick Sidibé se passionne pour la photographie. En 1962, il ouvre le « Studio Malick », où il fixe, en noir et blanc, des habitants de la capitale : jeunes poseurs, danseurs de boîtes de nuit et de surprises-parties, promeneurs des bords du Niger. Les tirages sont collés sur des chemises et exposés pour que les clients puissent faire leur choix. Nombre de ceux que Malick Sidibé a immortalisés vivent encore à Bamako. Dans un documentaire de Cosima Spender et d’Emiliano Battista diffusé ces jours-ci sur ARTE, ils racontent les séances avec le photographe, mais aussi la vie quotidienne et l’évolution du Mali depuis les années 60. Âgé aujourd’hui de 73 ans, le magistral Sidibé a reçu en 2007 un Lion d’or à la Biennale de Venise, pour l’ensemble de son oeuvre.

Chemises, Malick Sidibé, Editions Steidl, 2008.

Malick Sidibé, La dolce vita africana, un documentaire de Cosima Spender et Emiliano Battista (GB, 2007, 60 mn). Rediffusions sur Arte, le 21 juillet à 5h00, le 30 à 5h00.

Laisser un commentaire