• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 16 juillet 2008

Archive pour 16 juillet 2008

A demi-monde, Demy dieu

Mercredi 16 juillet 2008

jacquotnantes.jpg
Sur le tournage de « Jacquot de Nantes » © Ciné-Tamaris

Un film-hommage d’Agnès Varda à son compagnon d’une grande vie de cinéma, Jacques Demy. Je ne l’avais pas revu depuis sa sortie en salles, il est désormais disponible en DVD. Emporté par l’émotion de voir les dernières images d’un Demy déjà diminué par la maladie et la pédagogie d’Agnès Varda à vouloir décortiquer les influences d’une vie sur des films « bigger than life », le film m’était apparu formidable. A revoir ce Jacquot de Nantes, il perd beaucoup de son charme, la pédagogie devient rapidement didactique et sommaire, les acteurs engoncés dans le respect et le formalisme, la part de rêverie chère aux films « enchantés » de Jacques Demy est comme emprisonnée. Alors, vite, on retourne à ses films (Une chambre en ville, La baie des anges, Les demoiselles de Rochefort, Model shop, Peau d’âne) oubliant ce commentaire qui se voulait sincèrement d’amour…

Jacquot de Nantes, un film d’Agnès Varda, DVD Ciné-Tamaris.

Dossier 51, l’arrière-monde de Michel Deville

Mercredi 16 juillet 2008

dossier51haut.jpg
© DR

Le film a pris un terrible coup de vieux, mais le scénario de l’écrivain Gilles Perrault (Le pull-over rouge) est d’une paranoïa rare qui nous plonge au coeur des services secrets français de la fin des années 70. Des barbouzeries filmées en caméra subjective avec le recours régulier à la photographie pour faire avancer l’histoire et une économie de scènes qui rend le film réellement intriguant. L’édition des films de Michel Deville en deux coffrets DVD nous permet ainsi de redécouvrir Le Dossier 51, où apparaissent François Marthouret, Roger Planchon, Patrick Chesnais, Christophe Malavoy, Claire Nadeau et Daniel Mesguich dans un film que François Forestier, alors à L’Express, qualifiait de « film d’une rare puissance sur le thème de l’espionnage »… Dans la même collection, l’émouvant « La maladie de Sachs », plus intéressant encore que le livre de Martin Wincler (POL) avec un Albert Dupontel en médecin de campagne suivant ses patients sur fond des « Eléments » de Jean-Fery Rebel… Avec « Un monde presque paisible », l’un des plus beaux films du discret Michel Deville…