Julien Doré, l’erstaz de convoitise

105.jpg
Julien Doré © L’Express Style

Qu’y a-t-il à retenir de l’album tant attendu de Julien Doré ? Pas grand chose. Beaucoup de bruit, de pose et d’encre pour rien. Un peu de talent, encore de l’humour pour emballer une production à la hauteur des enjeux économiques, bien sûr. Pourtant, les chansons se fanent les unes derrières les autres. Des notes de déjà entendu, tellement désinvoltes, calculées au millimètre près du bon goût qu’on en reste sur sa faim. Désolé, le garçon a du charme, une race et de jolis refrains mais tout cela tourne à vide comme ses portraits de papiers glacés où il sert de porte-manteau à tout ce que la France compte de créateurs mode…

Une réponse à “Julien Doré, l’erstaz de convoitise”

  1. Marie-Lou dit :

    Sorti tout droit d’une émmission de télé-réalité, Julien Doré arrivait jusqu’a mes oreilles avec un lourd handicap. Je n’ai pas du tout aimé son premier single « moi lolita » et je l’ai bien vite classé dans la catégorie des « stars de quelques mois » sans talent véritable.
    Puis, chez une amie, j’ai entendu passer une chanson: « SS in Uruguay », une reprise de gainsbourg, très sympa. Quelques jour après, chez la même amie, « Les bords de mer » et encore plus tard, je suis tombée sur le fabuleux « Los Angeles » et la, je suis tombée sous le charme. Du coup, j’ai acheté l’album. J’y trouve une atmosphère envoutante.
    Comme quoi, c’est possible de sortir d’une émission de télé-réalité et d’avoir du talent. Car finalement, les gens qui jugent avec des idées « précuites » ne sont pas plus malins que ceux qui regardent…
    Il a sur lui une étiquette qu’il gardera longtemps à ses dépens. A nous de la lui enlever et de le reconnaitre en tant qu’artiste. =)

Laisser un commentaire