Passage de la mort

wantingameal.jpg
© Kevin Carter

Cette image a paru la semaine dernière dans un reportage de l’hebdomadaire « Le Monde 2″ consacré à l’exposition « Controverses » au Musée de l’Elysée à Lausanne (Suisse). Depuis, alors que partout dans le monde, on serait à deux doigts de crier de nouveau famine, où les plus pauvres d’Haïti se nourrissent de galettes de terre, cette photographie me hante.
Cette image, une des plus tristes de l’histoire de la photographie, a été prise par Kevin Carter, jeune reporter sud-africain de 33 ans au Soudan en 1993. La famine frappe le pays et la petite fille tente de rejoindre un centre d’alimentation. Déjà un charognard est prêt à se saisir de son cadavre. Après avoir pris ce cliché, le photographe éloigne l’oiseau et s’en va, en pleurs, laissant l’enfant épuisé à son sort. La photographie, publiée le 26 mars dans le « New York Times », suscite un émoi considérable parmi les lecteurs du journal qui s’enquièrent du destin de la fillette et s’indignent de l’attitude supposée du photographe traité par beaucoup de « vautour ». Quelques mois plus tard, après avoir reçu pour cette image le prix Pulitzer, Kevin Carter se suicide. Il a ses derniers mots : « Je suis hanté par ces souvenirs persistants de massacres, de cadavres, de haine, de souffrance… d’enfants affamés ou blessés, de tireurs exaltés… »

« Controverses, une histoire juridique et éthique de la photographie », Musée de l’Elysée, Lausanne, jusqu’au 1er juin 2008.

Laisser un commentaire