Madame Raymonde au balcon

mmeraymondeduo08.gif
Denis d’Arcangelo © DR

Il nous avait plu, le vibrionnant Denis d’Arcangelo dans le pourtant bien vulgaire « Cabaret des hommes perdus » l’an passé au Théâtre du Rond-Point. Il revient aujourd’hui au Vingtième Théâtre sous les traits de Mme Raymonde, mi-Arletty, mi-Mado la niçoise pour un récital décousu, mais sincère. Accompagné d’un accordéoniste au sympathique nom de Zèbre (Sébastien Mesnil), Mme Raymonde s’amuse, s’oublie et en rit encore devant un public de garçons pour partie acquis d’avance. Dommage seulement que le spectacle se disperse à l’excès en son milieu et qu’il faille attendre les saluts et le rappel pour renouer avec une émotion tout sardonique, où se mêlent les chansons d’Aznazour, Brassens et Ferré.

Mme Raymonde revient, par Denis d’Arcangelo et Philippe Bilheur, Vingtième Théâtre, (jusqu’au 2 mars 2008)

Laisser un commentaire