La bible d’Olivier Py

article486.jpg
Olivier Py © DR

C’est une plaquette, iconoclaste en diable, et une merveille pour tous ceux, qui, à la faveur des spectacles d’Olivier Py (La servante, Illusions comiques, Les vainqueurs, Le Soulier de satin) sont entrés en son « poème ».
En mars 2007, Olivier Py, comédien, auteur, metteur en scène, romancier, chanteur (Miss Knife) prenait ses fonctions de directeur de l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Accueilli par ses nouveaux collaborateurs et artistes associés, il tint, accompagné du comédien Michel Fau, ce discours fondateur et manifeste, consigné désormais dans cette quinzaine de pages et accompagné de photographies de la rénovation du Théâtre, dont son prédécesseur Georges Lavaudant n’aura guère profité.
Dans « notre temps qui est patrimoine plus que culture, mode plus que création, commentaire plus que littérature, image plus que promesse, spéculation plus que désir vrai, sondage plus désirs », le théâtre, pour lui, est « une catastrophe vécue comme une joie, je veux dire qu’un jour on découvre que l’on n’est rien, et aussi vaste que l’océan et plein de vents contraires et de monstres lumineux. Alors on cherche celui qui a vécu cette expérience et qui maladroitement appelle cet état d’exil et d’éblouissement l’art »… Convoquant tour à tour sa crémière, un critique d’art, un homme politique en campagne et sa « maman », il dit sa foi en un théâtre qui « nous apprend à vivre dans l’absence de sens. Et parfois, dans cette joie du poème, il est comme un sens mais au-delà de tout sens ».
Entre la Mort. Déplorant la disparition de jeunes poètes tels Lagarce ou Gabily, Olivier Py pourrait reprendre cette phrase d’Hervé Guibert, belle illustration de son Théâtre de la Parole : « c’est quand j’écris que je suis le plus vivant. Les mots sont beaux, les mots sont justes, les mots sont victorieux ». Lui écrit : « Non cela ne peut pas mourrir » car « quand la mort mourra, le théâtre mourra »…

« Le discours de nouveau directeur de l’Odéon », Olivier Py, Actes Sud 2007.

Laisser un commentaire