Romy Schneider : Tu seras toujours David…

img46dfe87f83663.jpg
César et Rosalie, un film de Claude Sautet © DR

« David / César sera toujours César / Et toi tu seras toujours David / Qui m’emmène sans m’emporter / Qui me tient sans me prendre / Et qui m’aime sans me vouloir… » Ainsi soupire Rosalie dans la maison de Noirmoutier. David ne répond pas à ses lettres.
« César et Rosalie » (1972). Au scénario, Jean-Loup Dabadie pour un méli-mélo à trois, très contemporain, mené tambour battant par un Claude Sautet au mieux de son talent, porté par la grâce de ses acteurs. Rosalie, Romy Schneider, a un mari, Yves Montand, César, et un ancien amant, Sami Frey, David. Si elle aime César, c’est pour mieux aimer David. Quand elle aime David, César lui manque. Rosalie disparaît, laissant César et David devenir amis inséparables. Et si elle revenait ?
Blessée d’amour, de deuils et de rupture, pleurant la mort de son fils David, Romy Schneider s’en fut, le 28 mai 1982. Claude Sautet essaya de la remplacer par une vaillante Emmanuelle Béart (« Un coeur en hiver », « Nelly et M. Arnaud »). Il partit quelques temps plus tard. Sur France 5, Bertrand Tessier retrace ce que furent les derniers jours du chemin de tristesse de Romy Schneider. Qu’importent le suicide, l’alcool et les barbituriques ou la crise cardiaque, elle meurt dans le bruit assourdissant de cette fragilité qui faisait d’elle une immense actrice…

Les derniers jours de Romy Schneider, un film de Bertrand Tessier (Sunset Press, 2007, 52 mn). Sur France 5, le 12 janvier à 14h00, le 13 janvier à 23h15.

Théma « Ménage à trois ». César et Rosalie, un film de Claude Sautet. Sur Arte, le 13 janvier à 20h40, le 15 janvier à 14h55.

2 Réponses à “Romy Schneider : Tu seras toujours David…”

  1. lulu dit :

    magnifique sublime tout en deux mots

  2. Laura dit :

    Des mots, une voix et quelque chose de magique parce que c’est Romy…
    Merci pour ces souvenirs, ces images qui ne meurent jamais.
    Laura L.

    Dernière publication sur "Un cœur ailleurs" : Continuer à croire...

Laisser un commentaire