• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 19 décembre 2007

Archive pour 19 décembre 2007

Le roi du Calypso

Mercredi 19 décembre 2007

Bayon crée parfois la surprise. On se souvient d’une toquade soudaine pour un album bien éphémère de la chanteuse Elsa, loin de ses papiers très écrits qui ne manquent jamais à l’appel d’un nouvel album de Gérard Manset ou de Jean-Louis Murat. La sortie d’un disque de Philippe Lavil, oui, celui d’ « Elle préfère l‘amour en mer », des « Bambous » et autres « Kolé Séré » fait sortir le critique musical de ses sentiers balisés…
Pourquoi ne pas lui faire confiance ? Un heureux concours de circonstances pose, quelques jours plus tard, le CD sur mon bureau. A l’écoute, ce « Calypso » pour lequel Philippe Lavil s’est offert les services du producteur d’Henri Salvador, se révèle de belle facture. Musique cuivrée et élégante, loin des gesticulations « kwéol ». Les textes de David Mc Neil, d’Elisabeth Anaïs ou de Gérard Manset font mouche. Incisifs, rêveurs, empreints d’émotion et d’une jolie nostalgie « béké », ils collent idéalement au timbre de voix de Lavil, chantant en français comme en créole. A découvrir sans a priori !

51zopwvmxlaa240.jpg

Calypso, Philippe Lavil, (RCA/BMG), 2007
Seul dans ton coin, David McNeil, 1991.
La vie Calypso, par Bayon, in Libération, 27 octobre 2007.

Tempête sous un crâne

Mercredi 19 décembre 2007

« De l’art d’accommoder les restes » pourrait-on dire, un rien perplexe, à la sortie d’exposition de Philippe Favier à l’Espace Ecureuil, à deux pas de la place du Capitole à Toulouse. Des crânes partout : en négatif sur une série de boîtes de métal, cachant dans un tiroir des chaussures et chemises d’enfants. Au sous-sol, sous vitrines, un long parchemin de crânes comme autant de lutins en goguette. Mieux, sur de très vieilles cartes de visites, le plasticien (né en 1957 à Saint-Etienne) s’amuse en rébus, crânes, squelettes et autres enluminures à dessiner les atours d’honnêtes hommes d’autrefois. Leur titre : « Abracadavra »…

Philippe Favier, « Livret A, rayons X », Fondation d’entreprise Espace Ecureuil (Toulouse), jusqu’au 5 janvier.