Valérie, Pierre et les jeunes loups

secondfeminin.jpg
© Canal +

Elle en rêvait, les impeccables éditions Naïve l’ont fait… Après l’incandescent Gérard Philipe, Lambert Wilson et même Bill Clinton, Valérie Lemercier donne une nouvelle version du conte musical de Prokofiev « Pierre et le loup » sous la baguette enthousiaste de Tugan Sokhiev, le nouveau chef de l’Orchestre national du Capitole, dont le Tout-Toulouse est tombé sous le charme ossète…
Cela sonne un peu faux au départ, ce ton de gentille maîtresse d’école, appliquée, tant la voix de « la » Lemercier est associée à des fous rires (citons, pêle-mêle , « Milou en mai », « Le Derrière » mieux que « Palais royal », le déjeuner avec Sydney Pollack dans « Fauteuils d’orchestre » de Danièle Thompson, la « rabbi-Jacob dance » en hommage à Gérard Oury lors de la dernière cérémonie des Césars) et à cet étrange état de vague mélancolie à la sortie de son dernier one-woman-show des Folies Bergères. Puis, on s’y fait, entraîné par la ronde des instruments et l’heureux dénouement de cette petite histoire si bien connue. A la suite de ce « Pierre et le loup », quelques contes russes, tout aussi savoureux.

Laisser un commentaire