Générations Lagarce

Plaisir de revenir au théâtre de Jean-Luc Lagarce. Que cette année Lagarce ne s’arrête jamais ! Les grèves nous ont fait, Frédérique C. et moi, rater à l’autre bout de Paris, au Théâtre de la Cité internationale, la création de « Juste la fin du monde » par François Berreur (Les solitaires intempestifs). On se souvient de la magie furieuse du « Rêve de la veille » au Théâtre des Abbesses, où la complicité d’Hervé Pierre et de François Berreur, compagnons « de longue date » comme dirait Olivier Py, de Jean-Luc Lagarce faisait merveille. J’espère retrouver le spectacle sur les routes de France !
Je suis ce dimanche au rendez-vous de ces « Derniers remords avant l’oubli », montés par la « jeune » compagnie Les Possédés. Là encore, des souvenirs : des sentiments mitigés partagés par Marc F. à la sortie de leur précédente mise en scène de Lagarce et surtout la mise en scène de Jean-Pierre Vincent aux Ateliers Berthier… Fluide et idéale, donc percutante, parce que le théâtre de Lagarce n’a besoin d’aucun artifice, qu’il peut se jouer nu. C’est le pari aussi des Possédés. Trois garçons, deux filles, de mon âge. Dans leurs bouches, les mots de Lagarce sont au départ fragiles, un rien brouillons. Puis le spectacle, dont le texte a été raccourci, un personnage disparu, trouve son rythme, ses figures pour emporter l’adhésion. L’émotion de ces trois amis perdus de vue, de leurs conjoints (formidable Antoine, transcendé par l’impeccable Christophe Paou) aussi, se retrouvant pour solder leurs derniers attachements, court sur scène et parmi les spectateurs dont on partage la tension. Vient l’explosion affective : plus personne ne retient ses mots : on s’engueule (ta gueule !), on est à deux doigts de se jeter des verres de vin à la face, on ne se cherche plus d’excuse… On sort du spectacle groggy et mélancolique. Comme certain de vivre bientôt de telles trahisons d’idéal.

jeanluc.jpg
© Jean-Luc Lagarce / DR

* De Lagarce, Le Monde dit : « Jean-Luc Lagarce, mort du sida en 1995, à l’âge de 38 ans, est l’auteur de théâtre du XXe siècle le plus joué en France. A en croire le site de www.lagarce.net, douze de ses vingt-cinq pièces ont été jouées en novembre et sept le seront en décembre 2007. Son oeuvre est traduite en vingt-cinq langues. Il est vrai que 2007 – 50e anniversaire de sa naissance – est l’année Lagarce. »

www.lagarce.net

Laisser un commentaire